SCPI via l’assurance-vie

Les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier) permettent de percevoir des revenus de façon régulière. Le seul hic est que ces dividendes sont soumis à l’imposition des revenus fonciers, ce qui n’est pas du tout bon pour les gros contribuables.

Heureusement qu’il est possible d’investir dans des parts de SCPI via un contrat d’assurance-vie. Cela permettra aux investisseurs de profiter d’une fiscalité plus favorable et d’accéder indirectement à l’immobilier d’entreprise. Quels sont les avantages d’un tel investissement ?

Investir dans une SCPI

Défiscalisation des revenus fonciers

Investir dans des parts de SCPI via l’assurance-vie permet d’accéder à l’immobilier d’entreprise et de bénéficier d’une fiscalité attractive. Les SCPI logées dans une assurance-vie bénéficient automatiquement de la fiscalité de celle-ci.

Autrement dit, les loyers perçus par le détenteur de parts ne seront plus soumis à l’imposition des revenus fonciers. Cela est une excellente nouvelle pour les gros contribuables.

Défiscalisation des revenus fonciers

C’est d’ailleurs la société de gestion de la SCPI qui se charge de les déclarer à l’administration fiscale. Techniquement, le contrat d’assurance-vie procure un avantage fiscal au bout de 8 ans de détention.

Il faut retenir que tous les contrats d’assurance-vie ne permettent pas d’accéder à des SCPI et qu’ils sont concernés par la « Flat tax » ou le prélèvement forfaitaire unique (PFU).

Réduction d’impôt sur la plus-value

Il est tout à fait possible d’échapper à l’imposition des plus-values lors de la revente des parts de SCPI. Pour cela, il convient de les vendre au sein d’une assurance-vie, d’investir à nouveau dans une autre SCPI et le plus important, conserver les fonds du contrat souscrit.

Après 8 ans de détention, l’imposition au barème sur la taxation des plus-values et les prélèvements sociaux de 17,2 % s’appliquent aux revenus perçus. En cas de décès de l’assuré, les avantages fiscaux sont encore plus notables, mais le capital investi sera reversé aux bénéficiaires (enfants, conjoint, amies, petits-enfants, nièces, association…).

Une forte liquidité des parts

Souscrire des parts de SCPI à capital fixe via une assurance-vie peut s’avérer intéressant, car un tel investissement permet de bénéficier d’une meilleure liquidité.

Une forte liquidité des parts

En effet, les revenus perçus sont réinvestis en parts de SCPI. Selon les articles L 214-59 et L 214-62 du Code monétaire et financier issus de la loi du 9 juillet 2001, le prix de cession réel des parts de la SCPI peut être pris en compte par une compagnie d’assurance-vie si ceux-ci ne peuvent pas céder au prix de cession conseillé par le gestionnaire.

En d’autres termes, la compagnie d’assurances ne peut pas garantir la liquidité des parts de la SCPI souscrite via un contrat d’assurance-vie. En tout cas, le prix de souscription reste raisonnable et le délai de jouissance est raccourci, contrairement à celui d’une SCPI en direct où il faudra attendre entre 4 à 5 mois avant que le délai de jouissance des parts s’applique.

Quoi qu’il en soit, un investisseur qui a choisi d’acheter des parts de SCPI via un contrat d’assurance-vie doit payer des frais de gestion (0,5 à 1 % par an). Si l’épargnant décide de foncer tête baissée, le rendement de son placement risque d’être réduit. Les conseils d’un CGP (conseiller en gestion de patrimoine) seront très utiles surtout pour les investisseurs débutants.