Quels sont les contrats d’assurance vie proposés par les banques en ligne ?

Contrat d'assurance vie - image

L’assurance-vie est un produit d’épargne que les Français plébiscitent toujours. Longtemps souscrite auprès des enseignes traditionnelles, elle semble avoir le vent en poupe au sein des banques en ligne. Avant de réaliser la souscription d’un contrat, un épargnant doit toutefois déterminer sa nature. En sachant les différentes solutions disponibles, il pourra alors faire le bon choix. Quels types de contrat d’assurance vie proposent les banques en ligne ?

Contrat d’assurance-vie mono-supports

Ce type de contrats d’assurance-vie permet d’investir sur un unique support. Celui-ci peut être un fonds en euros, c’est-à-dire investi sur les marchés monétaires plus sécurisés.

Le montant déposé est alors garanti par l’assureur. Sinon, le support peut aussi être un fonds en unités de compte (UC), l’épargne étant investie dans des véhicules de placement financier de diverse nature (Sicav, FCP, SCPI, etc.).

On parle par ailleurs de contrats exposant le capital à une seule dimension stratégique. Le placement n’y est donc pas modulable selon la stratégie personnelle du souscripteur.

Contrat d’assurance-vie multi-supports

À la différence du précédent contrat, celui-ci est investi sur plusieurs fonds ou supports. D’une manière générale, les banques en ligne ont tendance à recommander un montage associant un fonds en euro avec des autres en unités de compte.

Le premier support permettra alors de sécuriser le capital tandis que le second (actions en Fonds communs de placement ou parts de Sociétés d’investissement à capital variable ou Sociétés Civiles de Placement Immobilier), de dynamiser cette épargne.

Contrat d’assurance-vie multi-supports - image

Le souscripteur de ce type de contrats sera dans ce cas en mesure d’épargner selon sa stratégie patrimoniale et en fonction du niveau de risque toléré.

Choisir ce contrat d’assurance-vie permet par ailleurs d’opter pour un mode de gestion profilée. Le souscripteur ou l’épargnant n’aura donc pas à gérer son contrat, mais il aura toutefois l’opportunité de dynamiser son investissement selon un profil de risque.

Avec une gestion prudente, la part investie sur les fonds en euros est plus importante que celle sur les supports en unités de compte. Avec une gestion dynamique, ce sera plutôt l’inverse. Enfin, celle-ci est dite équilibrée, lorsque les deux supports sont investis à parts égales.

Autres types de contrats

Il n’est pas rare qu’une banque en ligne propose d’investir dans un contrat d’assurance-vie issu des pouvoirs publics. Si c’est le cas, c’est qu’elle souhaite tout simplement favoriser une politique d’investissement à grande échelle.

Il y a par exemple eu les contrats NSK (ou Sarkozy), successeur des anciens DSK désormais fermés à la souscription. Il est assez rare et obligatoirement adossé à une part de 30 % minimum sur des actions françaises, à savoir 10 % de FCPI et 5 % de titres non cotés. Les contrats Euro-croissance ou vie-génération en font également partie.

Autrement, les banques en ligne peuvent également proposer des contrats en fonction de l’élément déclencheur de la garantie. On distingue ainsi les types d’assurance-vie en cas de vie, en cas de décès ou encore mixte. Plus d’informations sur https://www.gagnargent.com/avis-banque-en-ligne.

Quelle banque en ligne choisir pour une meilleure assurance vie en 2019 ?

Meilleure assurance vie - image

Il existe plusieurs assurances-vie en 2019 et il est difficile de choisir de la plus mauvaise à la meilleure. Quant à un assureur, il pourrait distribuer ses contrats dans différentes banques avec des conditions distinctes. Étant donné qu’elle accompagnera son souscripteur pendant plusieurs années, il est crucial de faire le bon choix. Comment opter pour la banque en ligne proposant l’assurance-vie parfaite ?

Choisir la meilleure assurance vie

Un comparatif des contrats d’assurance-vie proposés par chaque établissement bancaire en ligne est indispensable pour un choix intelligent. Pour y parvenir, il faut consulter toutes les conditions et prendre en compte les critères importants tels que le mode de gestion d’un contrat. En général, il devrait permettre à la fois une gestion libre, profilée et sous mandat.

Il faut également fuir les assurances-vie prélevant entre 2 et 4 % de frais à chaque versement. Il serait mieux de se focaliser sur d’autres sans tarif en termes de versement, de rachat et d’arbitrage. Sinon, les frais de gestion devraient être raisonnables, autrement dit pas plus de 0,60 % par an sur fonds euros et unités de compte.

la meilleure assurance vie - image

Aussi, il est préférable d’en choisir une qui puisse proposer un ou deux bons fonds en euros. Un vaste choix d’unités de compte permettra par ailleurs de dynamiser l’épargne dans des fonds obligations, immobiliers ou actions. Une bonne assurance vie devrait ainsi disposer d’une large palette d’unités de compte.

Choisir la banque en ligne

BforBank est la seule banque en ligne qui a su maintenir son rendement de plus de 3 %. Son contrat fait par ailleurs profiter au souscripteur une prime de 200 euros pour une ouverture à partir du mois de juillet 2019. Côté frais de gestion, il faut compter un taux appliqué sur fonds en euro de 0,60 et 0,70 %, montant à 0,85 % sur les unités de compte.

ING Direct est aussi un choix intéressant avec son assurance-vie accessible dès 300 euros de versement. Sur les fonds en euro, les frais correspondent à 0,75 % et à 0,85 % sur les unités de compte. Quant aux restes (frais de dossier, d’entrée, de versement, d’arbitrage…), ils sont gratuits. Sinon, les rendements offerts ces dernières années varient d’une année à une autre.

Fortuneo propose également une bonne assurance vie avec un rendement sur fonds en euro de 3,10 %. Elle offre une prime de bienvenue d’un montant de 150 euros pour toute souscription à un contrat avec un minimum de 3 000 euros investis au moins à 40 % sur des supports en unité de compte. Tout comme chez la précédente, tous les frais, mis à ceux destinés à la gestion (0,60 % pour les fonds en euro et 0,76 % sur unités de compte), sont gratuits.

Les institutions financières Hello Bank, Monabanq et Boursorama ont aussi des offres plus ou moins intéressantes à explorer. Au final toutefois, c’est bel et bien Fortuneo qui est la seule à proposer une assurance-vie facile à accéder et souple. Voir ce site gagnargent.com/meilleure-banque-en-ligne/ pour choisir la meilleure banque qui vous convient .

Pourquoi démembrer la clause bénéficiaire d’un contrat d’assurance-vie ?

Une clause bénéficiaire - image

Pour être valable, un contrat d’assurance-vie a besoin d’une clause bénéficiaire. Sans quoi, il est impossible de transmettre les capitaux. Le démembrement de cette charte permet par ailleurs de désigner plusieurs cessionnaires, et de céder un patrimoine de manière successive.

Sinon, cet acte tourne en l’avantage du compagnon pour protéger les intérêts des enfants en termes de succession.Mais aussi à défendre matériellement, au niveau fiscal et juridique, les membres d’un foyer.

Une double finalité du démembrement de la clause bénéficiaire

Le démembrement de la clause bénéficiaire d’une assurance-vie permet de protéger le conjoint du souscripteur à son décès. Ce dernier pourra alors utiliser librement les capitaux laissés sur le contrat. Cette opération offre également un autre avantage dans une succession.

En effet, les enfants seront taxés de manière modérée. Dans ce cas, on peut alors qu’elle est utilisée pour déterminer et séparer les prérogatives en rapport avec le droit de propriété de plusieurs personnes.

La pleine propriété du patrimoine est alors scindée en deux : usufruit et nue-propriété. Souvent cédé au conjoint, l’usufruit est le droit d’utiliser le bien et d’en percevoir les fruits. Revenant généralement aux enfants, la nue-propriété est le droit de disposer du bien à l’extinction de l’usufruit. Dans un contrat d’assurance-vie, on ne parle pas de bien, mais plutôt de somme d’argent.

démembrement de la clause bénéficiaire - image

Le souscripteur d’un contrat d’assurance-vie choisit de démembrer la clause bénéficiaire, car il souhaite laisser l’usufruitier jouir des fonds comme si ce dernier en était le seul bénéficiaire. À la fin du démembrement, le nu-propriétaire disposera de la pleine propriété et pourra exiger la créance de restitution à l’usufruitier en cas de dilapidation des fonds. Plus D’informations sur ce lien.

Pourquoi rédiger une clause bénéficiaire démembrée ?

La rédaction d’une clause bénéficiaire en la démembrant permet à l’assuré de transmettre son patrimoine à une personne, qui le léguera par la suite à une autre. Autrement dit, le démembrement du contrat d’assurance-vie est idéal pour réaliser une transmission de manière successive.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que cette opération consiste également à aboutir sur l’exonération du capital, grâce à la désignation de partenaire de pacs ou de conjoint en tant que quasi-usufruitier. Cependant, cela n’en dessaisit pas de manière définitive un second bénéficiaire qui sera désigné nu-propriétaire.

Sinon, ce dernier ne disposait pas d’impôt à payer étant donné qu’il en était exonéré. Autrement dit, l’administration fiscale avait réalisé une étude pour constater qu’il ne jouissait d’aucune somme. Il n’avait donc pas d’imposition à reconstituer.

Le quasi-usufruitier, étant le seul à profiter du capital, devrait être le seul à acquitter des taxes de 20 % au-delà des 152 500 euros. C’était le cas jusqu’à l’été 2011, car le nu-propriétaire est désormais concerné par l’imposition. Il est, en effet, imposé au prorata de ses droits. Il payera ainsi une certaine somme dépendant de la valeur de l’usufruit.

Les contrats d’assurance vie, l’un des produits de placement phare des banques en ligne

Le paysage de l’épargne française a longtemps été dominé par l’assurance-vie. En effet, beaucoup d’épargnants ne cessent actuellement de miser sur ce type de placement. Conscientes de cet engouement des investisseurs, les banques en ligne n’ont pas hésité à proposer leurs contrats. D’ailleurs, elles se démarquent de leurs concurrents traditionnels en offrant un certain taux au niveau des fonds en Euros bien en dessus de la moyenne. Décryptage.

Les banques en lignes et le couteau suisse de l’épargne

Le marché bancaire et de l’assurance ne sont plus le même avec l’arrivée des banques en ligne au niveau de ce secteur. Il faut dire qu’elles ont su séduire les clients en leur proposant des services de base gratuits.

Concernant les contrats d’assurance-vie, les institutions financières de la nouvelle génération proposent actuellement des offres plus intéressantes. Certes, les leur affiche d’excellents taux de rendement par rapport à ceux des enseignes traditionnelles.

De plus, il n’est pas rare de voir des contrats qu’il est possible de souscrire sans frais d’entrée ni de sortie. Certains clients peuvent d’ailleurs réaliser gratuitement ou à prix réduit des conversions de supports en ligne. Par rapport aux établissements classiques, les banques connectées fournissent également des options de placement plus élargies. On parle par exemple d’une assurance-vie souvent composée d’un ou de deux fonds en euros. Autrement dit, la compétitivité est alors de mise.  Plusieurs avis sur les banques en ligne sont disponible ici.

Avantages des contrats d’assurance-vie des banques en ligne

Évidemment, ce sont les taux de prélèvement sur l’épargne nettement faible qui démarquent surtout les contrats d’assurance-vie proposés par les banques en ligne.

Si l’on se focalise sur les frais d’entrée ou de chargement, ils reviennent à 0, mais peuvent aller jusqu’à 5 % selon les compagnies. Concernant les tarifs de gestion, ces prélèvements annuels se situent entre 0,75 et 0,95 %, entre 0,60 et 0,75 % pour les fonds en euro.

Les frais d’arbitrage sont quant à eux proportionnels au montant d’épargne transféré ou forfaitaires, et diminuent par rapport au rendement annuel du contrat. La plupart des banques en ligne, comme Boursorama, ING Direct ou encore Fortuneo, proposent leurs contrats en les exemptant.

L’assurance-vie des enseignes en ligne permet d’allier rendement et risque limité. C’est pourquoi on parle d’un produit de placements phare chez les banques en ligne.Les meilleurs contrats affichent actuellement un rendement qui tourne autour des 2 à 3 %, notant que la moyenne nationale se situe entre 2,20 et 2,30 %. Comparé à celui du Livret A ou LDD avec 0,75 % net annuel, celui-ci est par ailleurs tout à fait correct.

En tout, on parle d’un produit d’épargne qui se distingue dans une banque en ligne avec plusieurs atouts.C’est la meilleure offre étant donné que les taux pour les fonds en Euros sont au-dessus de la moyenne, les droits d’entrée sont compétitifs et intéressants sans oublier que le rendement est excellent par rapport aux banques traditionnelles. Plusieurs produits bancaires sont disponible ici.

S’ajoutent à tout cela les frais de gestion quasi-inexistants. Quoi qu’il en soit, il est nécessaire de comparer les différents contrats en veillant à la quantité et à la qualité des supports d’investissement proposés.

Démembrement en assurance-vie : À quoi ça sert ?

Démembrement d'une assurance-vie - image

Le démembrement est une technique encore mal connue du grand public. Et pourtant, ses avantages sont multiples en ce qui concerne l’assurance-vie. En effet, il permet de scinder en deux la clause bénéficiaire d’un contrat. D’une manière concrète, il sert à transmettre un patrimoine, autrement dit le capital épargné, aux bonnes personnes et de réduire la note fiscale. Focus sur l’intérêt de ce processus de démembrement d’une assurance-vie.

Continuer la lecture de « Démembrement en assurance-vie : À quoi ça sert ? »

Êtes-vous concerné par l’imposition des bénéfices ?

Êtes-vous concerné par l’imposition des bénéfices ?

La plupart des sociétés commerciales, organismes ou associations français sont concernés par l’imposition des bénéfices notamment les SARL (sociétés à responsabilité limitée), les SAS (sociétés par actions simplifiées) ainsi que les SA (sociétés anonymes) à l’exception des entreprises individuelles qui entrent dans la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC). Continuer la lecture de « Êtes-vous concerné par l’imposition des bénéfices ? »